Passage de la frontière mongole

Nous profitons de quelques jours à Oulan-Oude pour nous remettre à flot, après l’épisode Vydrino fort en émotions. Le billet initial Vydrino / Ulan-Oude nous est remboursé à 95 pourcent à la gare. Nos affaires de camping ont enfin le temps de sécher. Des « бууз », où posés, sont consommés entre deux changements d’hôtel. De nombreux burgers sont avalés au très confortable Snoopy’s Burger. Nos index vont bon train pour prendre des photos cools.

Nous rendant compte que nos visas chinois n’ont pas de date fixe, nous décidons de partir avec un jour d’avance en Mongolie afin d’étendre notre futur séjour népalais. La gare routière s’est avérée être exactement à l’endroit indiqué par maps.me, et non à l’endroit indiqué sur ce blog. La gare routière dispose de trois guichets ayant chacun leur propre fonction. Celui du fond, vendant les billets pour la Mongolie, a été ouvert rien que pour nous après que nous nous sommes présentés au premier.

Le lendemain matin, nous découvrons un énorme bus rouge, bien plus confortable que ce que nous imaginions. Le bus est complet. 

Après quelques heures de route et de piste, un arrêt en pleine campagne, prés d’un préfabriqué, permet à un soldat Russe de monter à bord, pour vérifier chaque passeport. En 10 min le tour est bouclé. Le militaire redescend du bus. Nous repartons. Nous avons passé le poste de contrôle. Finalement la douane était vraiment facile à passer… Du moins c’est ce que nous pensons jusqu’au prochain arrêt, quelques kilomètres plus loin. 

Là, l’environnement est bien plus angoissant : clôtures, barbelés, caméras de surveillance à chaque coin de bâtiment, de nombreux militaires patrouillant ou inspectant les véhicules aidés de quelques bergers allemands… Qu’elle ambiance ! Ça ne respire pas trop la joie de vivre, on serait bien resté à la maison.

Nous descendons du bus, récupérons nos sacs et rentrons dans un grand bâtiment. Chaque passager, bagages au sol, subit l’inspection du maître-chien. Nous poursuivons les hors-d’œuvres par les traditionnels rayons X et détecteurs de métaux. J’entame les hostilités en lançant à l’agent en charge des rayons X, un « hello ! » très enjoué. Elle me répond en me demandant si je parle russe, d’un air tout aussi enjoué. Je lui réponds non, avec mon plus grand sourire. Puis elle poursuit, elle aussi tout sourire : « et sinon, vous avez de la drogue ? » J’éclate de rire. Peut-être s’attend-elle à ce que quelqu’un lui réponde : « Oui, j’en ai justement apporté quelques kilos, vous en voulez ? » Après confirmation que nous sommes clean, nous reprenons nos sacs. Légère pensée émue pour nos deux covoyageurs suant à grosses gouttes avec leurs vélos sous housses.

Puis vient le moment tant attendu de l’entretien douanier. Comme pour l’entrée en Russie, nous passons un à un au guichet. Un agent prend notre passeport. Son regard fait de nombreux allers-retours pour comparer la photo avec notre visage. Un vrai match de tennis oculaire. Les dates de visa sont vérifiées, puis enfin, le tampon salvateur est dégainé. Clac ! Tamponnage nette et précis du tamponneur professionnel. Ouf nous sommes passés ! Tout le monde ne peut pas en dire autant. Nous remontons dans le bus à un de moins, une personne visiblement trop confiante en son potentiel de négociateur étant resté expliquer son cas plus en détail à un agent l’ayant gentiment guidé à l’écart du groupe.

Super on est… pas encore en Mongolie. Le visa mongol n’est pas tamponné. Nous avons juste eu le droit de sortir de Russie. Merci de ne pas nous avoir gardé ! Nous redescendons du bus 100 m plus loin, pour nous présenter à un douanier mongol cette fois, puis passons les portiques de sécurité. Et voilà, nous sommes enfin en Mongolie !

Au total il nous aura fallu un peu plus de 12h pour faire Oulan-Oude / Oulan-Bator, dont 2h45 à la douane. En arrivant à destination, un jeune homme et son petit frère se tiennent à la descente du bus avec une pancarte « Anne-Sophie Warhem ». Contre toute attente, la guesthouse réservée pour le soir même a tout de même dépêché un chauffeur pour venir nous récupérer, malgré notre refus explicite par emails. Et nous en sommes bien contents !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Passage de la frontière mongole »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s